T’as laissé ton « esprit critique » au placard !

« Les médias nous manipulent » ! « On me la fait pas à moi » !

Certains sont prompts à afficher cette posture. Par contre quand il s’agit de contenus qui brossent l’opinion dans le sens du poil, qu’ils sont « marrants » et partagés sur Facebook, beaucoup laissent leur soi-disant « esprit critique » au placard…

Ilovemojitos.fr n’a aucun intérêt commercial à promouvoir cette boisson. De plus, elle cite la source de son post, qui est manifestement une étude scientifique.

Peut-être me direz-vous ici que certaines personnes partagent ou réagissent juste parce que ça les fait sourire. C’est pas bien méchant. Voici un exemple moins « amusant ».

Ce contenu faux et haineux tournait déjà en 2012 et je l’avais déconstruit dans l’article ci-dessous.

Rétro 2012 : des chiffres qui donnent envie de passer en 2013

Sur la réfutation factuelle de propos similaires, lire aussi l’article suivant.

Lutter contre la haine de l’autre : contredire avec les faits et la logique

Cet article fait partie d’un dossier plus large pour lutter contre les propos faux et haineux.

Lutter contre la haine de l’autre

« Puisque tu es si malin, tu ne te fais jamais avoir, toi » ?!

Je ne prétends pas cela. Se tromper peut arriver à tout le monde. On n’est pas « critique » une fois pour toutes. Il n’y a pas d’un côté ceux qui auraient leur « diplôme d’esprit critique » et de l’autre côté ceux qui n’en disposeraient pas.

Mais s’informer est un travail actif. Ci-dessous, voici comment je procède pour m’informer.

Comment je m’informe sur le web

Enfin, la valeur première d’une « info » n’est pas toujours sa fiabilité. Pourquoi partageons-nous des contenus, pourquoi en parlons-nous autour de nous ? Parce que ça nous fait marrer, parce que ça renforce nos liens, parce que ça nous touche…

Il y a plein de dimensions sociales qui font que ce n’est pas seulement une question de « bon sens ». Des gens « intelligents » se font avoir parce qu’ils sont démunis (comment faire le tri ?) ou manquent de vigilance face à la masse d’infos.

Il existe des méthodes pour déconstruire tout ça (et ça peut prendre du temps). C’est aussi le problème plus large de notre rapport à l’info…

A ce sujet, lire notamment Développer la capacité à changer de point de vue : les enjeux de la « décentration ».

Développer la capacité à changer de point de vue : les enjeux de la « décentration »