Didactique, éducation, pédagogie : veille documentaire 2018

Je recense ici des ressources consultées ou découvertes en 2018.

Inconsistance et dangers du culte des différences en pédagogie

Les théories différentialistes du développement cognitif ont incontestablement le vent en poupe et font l’objet d’un intérêt exponentiel. Selon les courants, on évoquera la théorie des intelligences multiples, celle des styles d’apprentissage visuels, auditifs et kinesthésiques, ou encore celle distinguant les élèves dont la pensée serait prétendument orientée par le cerveau gauche de ceux qui s’appuieraient prioritairement sur leur hémisphère droit. Cette tendance pédagogique à catégoriser les apprenants n’est pas neuve: en francophonie, on peut tout au moins la faire remonter à Edouard Claparède qui, constatant les différences interindividuelles en termes d’apprentissages, défendait dès 1920 l’idée d’une « école sur mesure », adaptée aux spécificités de chacun.

L’éducation, les sciences du cerveau, la sociologie

Appuyer la politique éducative sur les sciences, c’est une bonne idée. Le savoir, c’est toujours mieux que l’ignorance. L’ennui, c’est que le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer semble croire que l’étude par l’IRM fonctionnelle du cerveau apporte les clés essentielles du succès d’une telle politique. D’où la mise en place d’un conseil scientifique de 21 membres où les neuroscientifiques ont une place prépondérante au regard des spécialistes des sciences de l’éducation, de la didactique ou… des sociologues de l’éducation (l’un de ses membres, Franck Ramus conteste cette présentation voir commentaires, avec raison, dont acte).