Sois nuancé !

Mon livre sur la nuance va paraître en 2022 aux éditions Les Pérégrines. J’anticipe ici, avec un peu de dérision, quelques réflexions et commentaires que cet essai pourrait susciter.

Claude Monet - Saint-Georges majeur au crépuscule (1908)

Claude Monet – Saint-Georges majeur au crépuscule (1908)

Si vous aviez loupé l’info…

Je dirais que c’est un livre qui s’inscrit « dans l’air du temps », face à l’état du débat public contemporain. C’est également un ouvrage concret : il ne s’agit pas juste de prôner des valeurs abstraites, mais de fonder une manière constructive d’aborder des questions de fond, illustrée avec des exemples. La réflexion philosophique, épistémologique (à propos de la connaissance) et morale (à propos du bien et du mal), occupe une place importante dans ce cheminement.

Est-ce que ton livre parle de sexualité ?

Non, le gris était déjà pris, alors j’ai essayé de trouver un autre thème pour parler de nuance. Mon livre parle de nuance dans les débats, dans la réflexion et le dialogue.

Nuance, Julien ! Sois nuancé !

J’en vois déjà venir, chacun croyant être le premier à me la faire.

Ne vous en faites pas, je ne me considère pas comme un expert ou un maître en matière de nuance. Il est plus que probable que je ne fasse pas preuve de nuance au quotidien. Ce n’est pas ce à quoi j’appelle dans mon livre. Il y a de très bonnes raisons de ne pas être nuancé à tout moment, à tout sujet, et personne ne « détient » la nuance une fois pour toutes.

Entre autres sujets, mon livre traite de cette injonction à la nuance. J’estime qu’il est parfois déplacé d’exiger que les autres fassent preuve de nuance. Parfois, ce n’est d’ailleurs ni possible, ni pertinent.

Modère tes ardeurs !

Je développe aussi en quoi la nuance n’est pas de la tiédeur. Il n’est pas question de chercher un « juste milieu » à propos de toutes les polémiques. On peut s’engager avec fermeté. La nuance telle que je la conçois est affaire de compréhension, de discernement et de dialogue constructif, pas d’absence d’engagement.

Que penses-tu de [insérer ici une polémique] ?

Avoir écrit un livre sur la nuance n’implique pas que j’ai un avis autorisé sur tous les sujets polémiques. Ce que j’observe déjà, en revanche, c’est que l’on me pose régulièrement la question en attendant implicitement que je réponde que « le camp d’en face » manque de nuance. Je suis d’avis que l’état général des débats publics est préoccupant, mais je crois aussi qu’il faut se garder de se prononcer dans la hâte à propos de dynamiques complexes lorsque l’on ne sait pas de quoi on parle. Ce n’est pas de mon ressort d’arbitrer des oppositions dont les enjeux me sont parfois carrément inconnus.

Faut-il toujours être nuancé ? A propos du domaine et des limites de la nuance

De manière plus générale, dans mon livre, non seulement je tâche de délimiter clairement ce qu’est la nuance et de définir comment la mettre en pratique concrètement (parce que c’est un bien beau mot, mais tout le monde y met un peu ce qu’il veut), mais je m’attarde aussi sur ses limites…