30 millions pour RTL : des médias et de l’argent public

Je partage ici un communiqué de presse du Réseau des Médias de Proximité (Télévisions locales) à propos du projet de la Fédération Wallonie-Bruxelles de “subsidier RTL à hauteur d’une trentaine de millions d’euros pour célébrer son retour au bercail”.

Que se passe-t-il, et en quoi ça pose problème ?

> Lire le communiqué : “Des millions pour RTL, rien pour les Télévisions locales” (2020).

> Mise à jour septembre 2020 : RTL Belgium renonce à demander l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles (RTBF, 2020)

Que se passe-t-il ?

La Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB – Communauté française de Belgique) a pour projet de délivrer un subside de 30 millions d’€ à RTL TVI. RTL TVI est une chaine de télévision privée qui diffuse ses programmes en Belgique, mais qui l’a longtemps fait à partir du Luxembourg. Ce choix lui a permis de bénéficier d’une fiscalité moins contraignante qu’en Belgique.

Dans la foulée, la FWB propose d’imposer des critères plus stricts à la RTBF (chaine de télévision publique) en ce qui concerne la publicité.

> Lire aussi ces deux articles de Frédéric Antoine : “La pub RTBF au régime : quelle étrange coïncidence” (2020) et RTL “redevient” belge. Parce qu’elle le vaut bien ? (2020)

> Mise à jour septembre 2020 : RTL Belgium renonce à demander l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles (RTBF, 2020)

En quoi ça pose problème ?

Une chaine privée reçoit ses sous grosso modo à partir de la publicité, et est donc très dépendante de ses annonceurs. Son but premier n’est pas d’informer ou de cultiver les citoyens, mais de vendre ses espaces publicitaires. C’est un business.

> Lire aussi : “Economie du web – Cachez cette pub que je ne saurais voir” (2015)

Une chaine publique reçoit de l’argent des pouvoirs publics (ici, la FWB), sur base des impôts aux citoyens. En échange, il lui est demandé de remplir certaines missions (dites de service public), comme éduquer et informer les citoyens en vue de les émanciper.

Des règles sont imposées aux médias de service public pour ne pas que ces derniers soient trop dépendants (voire pas du tout) de la publicité. Ces règles peuvent les déforcer, si elles viennent à les priver d’une source de financement nécessaire pour bien faire leur travail.

Les chaines de télé locales sont des médias de service public.

> Lire aussi notre entretien avec Marc de Haan (Directeur de BX1) : “Journalisme audiovisuel public, déontologie et émancipation : entretien avec Marc de Haan” (2013)

“Dis-moi qui te finance, je te dirai qui tu es”

J’ai écrit ici de nombreux articles à propos du financement des médias. C’est une approche parmi d’autres pour comprendre le fonctionnement de la circulation de l’information.

L’info et la culture ne figurent pas parmi les missions prioritaires des chaines privées

En 2008-2009, je réalisais une étude comparative de la programmation en “prime time” (période de soirée avec forte audience) de la RTBF, RTL TVI et TF1. J’y montrais que la RTBF proposait globalement une grille de programmes plus diversifiée que ses concurrentes : davantage d’info-culture, davantage de documentaires. RTL diffusait à l’époque davantage de fiction, et ni la RTBF ni RTL n’essayaient fort de rivaliser avec les divertissements à gros budgets de TF1.

Graphe Prime RTBF 2009

Graphe Prime RTL 2009

Graphe Prime TF1 2009

Une chaine de télévision privée n’a pas besoin que ses programmes soient informatifs, culturels ou autres : elle a besoin qu’ils soient regardés afin de “vendre du temps de cerveau disponible à Coca-Cola”, comme le veut la célèbre formule de Patrick Lelay, à l’époque PDG de TF1. Quoi de mieux qu’une fiction (de préférence une série) ou un divertissement pour rendre perméable à la pub tout en minimisant les coûts de production ? Lorsqu’il s’agit d’info (par exemple, le JT), c’est plus vendeur que ce soit un scoop, très émotionnel, qui fasse du buzz ! Des rumeurs, quant à elles, peuvent être produites à moindre frais. Etc.

En même temps, comme je le faisais remarquer à l’époque, les documentaires ne sont tout de même pas exceptionnellement présents sur la RTBF (9%), contrairement à la fiction (45%, dont une écrasante majorité de séries). La diversité est quand même toute relative, dans un contexte de forte concurrence entre les acteurs médiatiques.

“Une seule différence existe entre les chaines : certaines fonctionnent selon un système de péréquation – la rentabilité est calculée sur l’ensemble des programmes, ce qui permet de ponctuer la grille d’émissions difficiles ou plus ciblées –, d’autres davantage sur la rentabilité de chaque programme. C’est là sans doute la ligne de clivage entre les télévisions publiques et les réseaux privés”.

Monique DAGNAUD, « Art de construire la grille de programmes », citée in ANTOINE, F., « Les programmes cadenassés dans les grilles », in Grilles sur le gril : la programmation télé passée au crible, Bruxelles, Media-Animation, 2006, p.13.

> Lire aussi : “Etude comparative de RTL-TVI, LA UNE et TF1” (2008-2009)

> Lire aussi : “[Entretien] Analyse des médias : les chaines d’info en continu” (2018)

De plus, certains médias d’information privés ont conscience qu’il existe une demande pour l’information et la culture. Autrement dit : faire de l’info-culture dite “de qualité” peut aussi rapporter de l’argent. Ce n’est donc pas parce qu’un média est privé qu’il fournit nécessairement une information moins travaillée qu’un média public. Les audiences de RTL-TVI culminent d’ailleurs lors de son JT en soirée.

Quelle est la plus-value des médias ?

En 2013, j’écrivais un article à propos du paysage médiatique belge francophone.

A l’époque, L’avenir se faisait racheter par Tecteo (devenu Nethys). Coïncidence ? Aujourd’hui, on parle d’un nouveau rachat de l’Avenir, par le groupe IPM, qui détient déjà La Libre et La DH.

Dans cet article, je détaillais le “paysage florissant” de la presse en Belgique francophone, qui n’a cessé de se développer depuis la presse écrite jusqu’aux pure players sur Internet. Je posais enfin la question suivante :

Cette diversité quantitative est-elle synonyme de diversité qualitative ?

Par exemple, la RTBF offre-t-elle aujourd’hui sur ses trois chaines publiques un service fondamentalement différent de ses concurrents privés (voire au niveau de ses partenaires locaux) ? Dans la mesure où il y a une grande uniformisation de l’information, perdrait-on en diversité si un titre de presse – voire un groupe de presse entier – disparaissait ? N’y a-t-il pas trop de journalistes ? […] Pour chaque média (entendu comme chaine de tv / de radio, titre de presse), il importe de se poser la question de savoir où se situe la plus-value que celui-ci apporte au public.

> Lire aussi : “Paysage médiatique belge : y a-t-il trop de médias d’info ?” (2013)

Dans son communiqué, le Réseau des Médias de Proximité écrit que ce “cadeau de bienvenue” à RTL TVI “représente quatre fois la dotation annuelle des 12 télévisions locales”. Marc de Haan nous expliquait déjà en 2013 que le budget de fonctionnement annuel de BX1 équivalait à celui de The Voice Belgique. N’y avait-il en effet pas moyen d’allouer ce financement de manière à contribuer davantage à la diversité et à la bonne santé de “petits producteurs locaux”, peut-être plus attentifs à la qualité de leurs produits que de grosses industries culturelles ? D’un autre côté, il me semble qu’il y a lieu d’interroger comment les médias d’ores et déjà subsidiés (y compris la presse écrite, qui reçoit des aides directes et indirectes) remplissent leurs missions d’émancipation des citoyens.

Intérêts financiers, diversité de perspectives et impartialité

Je ne développe pas ici les questions de conflits d’intérêts, de collusions et encore d’autres problèmes liés aux financements de la presse. Ces thèmes sont abordés dans plusieurs articles cités ici, de même que dans d’autres chroniques à propos des médias sur ce site ou ailleurs.

LE FISC VA VOUS MATRAQUER J'ai vu circuler récemment cette couverture du Trends Tendances du 29 juin 2017 qui parle du…

Publiée par Philomedia.be sur Vendredi 10 août 2018

“L’argent, le pognon, il n’y a que ça qui vous intéresse” ? (Monsieur Manatane, Entre guillemets, 1997)

La compréhension du fonctionnement de la presse ne saurait se limiter à la connaissance de ses sources de financements. Néanmoins, il y a beaucoup d’enjeux derrière ce questionnement. Si le sujet vous intéresse, je vous invite à prolonger la réflexion esquissée ici avec les articles suivants :